Un camp de Roms évacué à Saint-Etienne

Publié le par resistance-roms.over-blog.com

Un camp de Roms évacué à Saint-Etienne

Créé le 06.08.10 à 10h53 -- Mis à jour le 06.08.10 à 15h04

POLICE - Le camp avait été installé à la hâte, après deux précédentes expulsions...

Un camp illégal où vivaient au moins une centaine de Roms de Roumanie depuis le mois de mai, sur un terrain municipal de Saint-Etienne, dans le quartier de Montmartre, a été évacué ce vendredi matin par la police, selon l'association «Réseau Solidarité Roms». L'opération a commencé peu après l'aube et s'est terminée peu avant midi dans un secteur totalement bouclé par la police.

Déjà expulsés de 2 squats depuis mai

Le camp était composé «d'habitations de fortune et de tentes» installées «à la hâte par des Roms qui avaient été expulsés de deux squats de la ville en mai dernier», a expliqué à l'AFP Marie-Pierre Manevy, représentante de l'association. «Nous avions refusé il y a deux ans ce terrain, proposé par la mairie pour les gens du voyage, car il ne nous paraissait pas adapté. Depuis que les Roms y vivaient, la municipalité y avait toutefois fait installer deux points d'eau et des toilettes chimiques», a-t-elle précisé.

Fin juillet, Brice Hortefeux avait annoncé que la moitié des campements illégaux serait démantelée dans un délai de trois mois. Le ministère de l'Intérieur avait alors avancé le nombre de 600 «camps ou squats» illégaux recensés en France, tandis que l'Elysée évaluait à 200 le nombre de camps pour les seuls Roms, originaires de l'est de l'Europe. Cette évacuation est la première du genre depuis ces annonces.

Précédents

Le 30 juillet, des familles Roms avaient été expulsées d'une maison abandonnée qu'elles squattaient depuis plusieurs mois à Montreuil, dans la région parisienne.

Une cinquantaine de personnes, dont des enfants, selon l'association la Voix des Roms, une trentaine selon la préfecture de Seine-Saint-Denis, avaient été expulsées par des policiers, en collaboration avec un policier roumain.

En raison d'un grand nombre de commentaires violents et racistes, nous fermons cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.
J. M. avec AFP

Commenter cet article