Reconduites de Roms: Besson relativise les annonces fracassantes d'Hortefeux

Publié le par resistance-roms.over-blog.com

Reconduites de Roms: Besson relativise les annonces fracassantes d'Hortefeux

PARIS — En croisade contre l'insécurité, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a annoncé avec fracas la reconduite en Roumanie de Roms dont les camps ont été démantelés cet été, une opération qui n'a "rien d'exceptionnel", a relativisé son collègue de l'Immigration, Eric Besson.

Ressortissants de l'Union européenne depuis 2007 mais soumis à un régime transitoire jusqu'en 2014, les Roumains peuvent entrer et rester en France trois mois sans aucune formalité, ce qui complique la tâche du gouvernement pour déterminer leur date d'arrivée et pouvoir ainsi éventuellement les renvoyer.

Dans la ligne d'une réunion le 28 juillet à l'Elysée sur les Roms et les gens du voyage, où Nicolas Sarkozy avait promis la reconduite "quasi immédiate" vers la Bulgarie ou la Roumanie de ceux "qui auraient commis des atteintes aux biens ou des fraudes", M. Hortefeux a annoncé mardi le renvoi d'ici à fin août des 700 personnes issues de 51 camps démantelés cet été.

Le ministre, qui s'était engagé à faire démanteler dans les trois mois la moitié des quelque 600 camps illégaux, a précisé mardi que le premier vol transportant des Roms partirait jeudi. Il a ainsi ravivé le sombre souvenir des vols spéciaux ou "charters", inaugurés en 1986 par Charles Pasqua, avec leurs centaines de voyageurs renvoyés contre leur gré et sous escorte policière dans leurs pays d'origine.

Mais Eric Besson, ancien socialiste, a immédiatement tenu à préciser qu'"il n'y a(vait) pas de vols spéciaux vers la Roumanie".

"Nous sommes dans le cadre de procédures classiques de reconduite de ressortissants étrangers en situation irrégulière dans leur pays d'origine", a-t-il dit, insistant sur le caractère "volontaire" de reconduites, sans escorte policière, contrairement aux expulsions, parfois violentes.

Les 79 Roms appelés à embarquer jeudi, dans un aéroport et à une heure tenus secrets, ont accepté l'aide au retour humanitaire (ARH) de 300 euros par adulte et de 100 euros par enfant. Une aide distincte de l'aide au retour volontaire (ARV), d'un montant de 2.000 euros par adulte, réservée aux étrangers non européens.

Se démarquant encore de M. Hortefeux, M. Besson a souligné que le vol de jeudi serait le 25e organisé par son ministère et par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) depuis le début de l'année vers la Roumaine et la Bulgarie.

En 2009, 44 vols de ce type avaient eu lieu.

Trois vols "affrétés" étant seulement prévus d'ici à la fin du mois, selon M. Hortefeux, l'objectif des 700 reconduites semble hors d'atteinte. D'ailleurs, Laurent El Ghozi, du collectif Roms Europe, n'y croit pas.

Pour lui, la plupart des 700 Roms expulsés de leurs campements se "sont installés ailleurs" ou "se sont évanouis dans la nature". M. El Ghozi évalue aussi à seulement 10% la proportion de personnes qui acceptent l'ARH - pour certaines plusieurs fois sous de fausses identités - puis qui reviennent en France, où vivent environ 15.000 Roms.

M. Besson a reconnu que les personnes reconduites - citoyens de l'UE - pouvaient revenir en France "puisque c'est la loi". Mais "elles ne pourront pas y stationner en situation irrégulière et a fortiori recevoir l'ARH", a-t-il ajouté.

Il compte sur la mise en place de la biométrie prévue par le fichier Oscar (Outil simplifié de contrôle des aides au retour) pour mettre fin à cette "noria" et aux fraudes. Créé par un décret du 26 octobre 2009, Oscar est déjà actif sous forme de bases de données comprenant l'identité des personnes ayant déjà encaissé le pécule de l'ARH.

 

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i2z-iASGQ4_CpjJXRfFk_3qQw4bQ

Commenter cet article