Plusieurs familles de Roms menacées d’expulsion

Publié le par resistance-roms.over-blog.com

MITRY-MORY

Plusieurs familles de Roms menacées d’expulsion

En Seine-et-Marne, seules quelques familles de Roms se regroupent en petits camps, comme à Mitry-Mory. Reportage auprès de ceux qui vivent sous la menace de l’expulsion.

 
 
Faustine Léo et Valentine Rousseau | 16.08.2010, 07h00

Ils sont installés dans des endroits discrets. A Mitry-Mory, les Roms ont bâti deux petits camps près de la N 2 et à côté de la cité des Cheminots. Tous les jours depuis deux semaines et les annonces du ministre de l’Intérieur, ils reçoivent la visite de la police, parfois de la préfecture, qui les prépare à l’idée de l’expulsion.

Le sourire du petit Antonio contraste avec le regard triste de sa mère, Violeta. Depuis trois semaines, ils ont quitté Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et rejoint deux des quatre caravanes de Roms installées à côté de la N 2 à Mitry-Mory. Malgré le manque de confort et la précarité, Violeta tente de cuisiner dehors avec les quelques denrées qu’elle arrive à récupérer. Arrivée en en 2004, elle a accouché peu de temps après. Elle a vécu dans un à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pendant un an et demi. Elle a ensuite emménagé avec son mari dans une maison appartenant au patron de celui-ci… pour un loyer exorbitant. Hors de question pour eux de repartir en Roumanie, puisque Antonio a la mucoviscidose. « Là-bas, je ne pourrais pas le soigner », soupire Violeta.

Toujours mieux qu’en Roumanie

Rue du Moulin-des-Marais, une famille et une femme seule ont élu domicile depuis deux ans dans l’ancien stade de la . En tout, sept adultes et deux enfants de 4 ans et 12 ans, qui vivent de matériaux récupérés et revendus et de menus travaux. La vie ici, même ainsi, est bien meilleure qu’en Roumanie. « Il n’y a pas de travail, pas de quoi manger, assurent Sanda et son mari. Pourquoi nous expulser alors que l’on a rien fait de mal? On n’a aucun problème avec les voisins. Nous sommes propres, nous avons même nettoyé ce lieu quand nous sommes arrivés. » Ils s’étonnent cependant de ne jamais avoir reçu d’aide de la mairie. « Ils sont sur des terrains qui appartiennent soit à l’Etat, soit à la SNCF, nous ne pouvons rien faire, répond le cabinet du maire (PC). Nous avons interpellé le préfet qui nous a dit cet hiver qu’il avait ordre de ne pas intervenir. Nous avons aussi demandé à des associations d’aller les voir. »

« On ne rêve que d’une maison et d’un travail pour vivre comme tout le monde », assurent les Roms de Mitry-Mory. Un objectif bien difficile à atteindre sans papiers. « Mais ils n’ont rien à perdre, résume un membre de l’association Jeunes errants de Meaux. De toute façon, ça ne sert à rien de les renvoyer dans leur pays, ils reviendront la semaine d’après. »

 

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/plusieurs-familles-de-roms-menacees-d-expulsion-16-08-2010-1032867.php

Commenter cet article