Evacuation de deux squats de Roms dans l'Hérault

Publié le par resistance-roms.over-blog.com

Evacuation de deux squats de Roms dans l'Hérault

En 2008, des Roms expulsés d'une école désaffectée de Saint-Etienne avaient construit un campement provisoire place Jean-Jaurès, dans le centre-ville.
AFP/JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
En 2008, des Roms expulsés d'une école désaffectée de Saint-Etienne avaient construit un campement provisoire place Jean-Jaurès, dans le centre-ville.

Deux squats de Roms où se trouvaient à peu près une cinquantaine de personnes ont été évacués par la police, mardi 10 août, dans l'Hérault. Le premier se trouvait à Montpellier et le second à Lattes, selon la préfecture, qui n'a fait état d'aucun incident. Ces évacuations, impliquant une cinquantaine des policiers, ont été réalisées en application d'ordonnances d'expulsion prononcées par le tribunal de Montpellier il y a plusieurs mois, à la demande des propriétaires des lieux.

 

 

L'opération s'est déroulé en présence de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, qui propose des aides au retour volontaires, et de la Direction de la cohésion sociale, qui gère des organismes d'hébergement d'urgence. Treize obligations de quitter le territoire français (OQTF) avaient été notifiées mais les personnes "concernées étaient absentes", selon la préfecture.

L'ATTITUDE DE LA FRANCE VIS-À-VIS DES ROMS DEVANT L'ONU

Ces nouvelles évacuations, après celle d'un camp illégal de Roms à Saint-Etienne, s'inscrivent dans la politique du gouvernement énoncée fin juillet par Nicolas Sarkozy. Le but est d'évacuer 300 camps illégaux de Roms et de gens du voyage et de "poursuivre la politique de développement des aires d'accueil" des populations nomades. Menée tambour battant par le ministère de l'intérieur, cette mesure bénéficie d'un solide soutien de la popualtions, affirme le député UMP Thierry Mariani. Membre du collectif de députés "Droite populaire", M. Mariani se dit "totalement favorable à la fermeture des camps illégaux" de Roms et rappelle que 79 % des Français y sont favorables, selon un récent sondage de l'IFOP.

La politique du gouvernement français vis-à-vis des Roms, et plus largement son attitude envers les minorités, sera examinée, dès mercredi, par le comité de l'ONU chargé de la lutte contre les discriminations. Les débats iront du "débat sur l'identité nationale" jusqu'à la politique d'immigration en passant par "la discrimination à l'égard des Roms". Sur ce point, la Ligue des droits de l'homme (LDH) accuse la France de faire un "amalgame" entre Roms et gens du voyage et rappelle que l'ONU avait déjà rappelé à l'ordre le gouvernement français sur ce point en 2005. Les recommandations faites alors n'ont pas été suivies, déplore la LDH.


http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/08/10/evacuation-de-deux-squats-de-roms-dans-l-herault_1397743_3224.html

Commenter cet article