Accueil des nomades : Sarre tacle Sarkozy

Publié le par resistance-roms.over-blog.com

Accueil des nomades : Sarre tacle Sarkozy

Sa ville est la seule du département à avoir aménagé une aire d’accueil des gens du voyage. Le maire PS de Colombes dénonce l’inaction de l’ex-président du conseil général.

 
 
 

La seule aire d’accueil des gens du voyage dans le département se trouve à Colombes. Mais elle ne compte que 28 places alors que, dans les Hauts-de-Seine, il en est prévu 300.

 

Matthieu Pelloli | 02.08.2010, 07h00

La polémique autour des gens du voyage n’en finit pas d’enfler en et Philippe Sarre, le maire () de Colombes, n’a pas laissé passer l’occasion de se saisir du débat au plan local. Alors que le ministre de l’Intérieur a annoncé, hier dans nos colonnes, que le allait encourager le développement des aires légales d’accueil des gens du voyage, l’élu rappelle que sa commune est la première ville des Hauts-de-Seine — et aujourd’hui encore la seule — à avoir conçu dès 2005 un tel équipement.

En tout et pour tout, 28 places, sur les 300 prévues dans le département.

Fort de son statut de « bon élève », l’édile de Colombes s’est récemment agacé des propos de Nicolas Sarkozy. Première banderille : « En dénonçant le non-respect de la loi Besson par les collectivités locales, le président de la République oublie qu’il a présidé le conseil général des Hauts-de-Seine de 2004 à 2007. » Deuxième banderille : « En jouant sur les émotions, les effets d’annonce et les clichés, Nicolas Sarkozy tente de faire oublier ses défaillances et son inaction concernant l’accueil des gens du voyage. »

Depuis le 5 juillet 2000, la loi Besson impose en effet aux communes de plus de 5000 habitants de réaliser une aire de stationnement pour les nomades. Un dispositif défini à l’échelle départementale par un schéma d’accueil élaboré conjointement par le préfet et le président du conseil général. Philippe Sarre, conseiller général de 2004 à 2008, fait valoir que, durant cette période, il n’a cessé de réclamer la réunion de la commission consultative au sein de laquelle siègent élus et représentants des gens du voyage. En vain.

Nicole Goueta, conseillère générale et ancienne maire (UMP) de Colombes, prend la défense du département : « Le conseil général n’est pas en cause. Une loi existe, il faut la faire appliquer. C’est le rôle de l’Etat. » L’argument est balayé d’un revers de main par un proche de Philippe Sarre : « Le responsable des préfets à l’époque, c’était qui? Un certain Nicolas Sarkozy, non? » D’un point de vue plus personnel, Nicole Goueta fulmine : « Philippe Sarre récupère le travail que j’ai réalisé! Cette aire d’accueil, c’est mon projet. Et, à l’époque, l’opposition de gauche m’a mis beaucoup de bâtons dans les roues. »

L’ancienne maire s’enorgueillit d’une réalisation qui a permis « de faire disparaître les campements sauvages de caravanes » à Colombes. Surtout, l’aire a offert un lieu d’accueil décent aux gens du voyage, avec « eau, électricité et possibilité de scolarisation des enfants ».

Par-delà le débat sur la paternité de l’équipement, l’aire de Colombes fait figure d’exemple. En 2010, la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) a rappelé cette année les communes et les intercommunalités à leur devoir dans ce domaine.

 

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/accueil-des-nomades-sarre-tacle-sarkozy-02-08-2010-1019234.php

Commenter cet article